Jan
12

Vos questions

Home > Notre boite aux lettres > Vos questions

  

Nous recevons souvent des questions de la part de gens qui désirent en connaître plus au sujet de l’enseignement de la Bible et des Églises Baptistes.Voici une compilation de certaines de ces questions. Nos réponses ne sont pas exhaustives, mais elles sont, autant que possible, fondées sur les saintes Écritures. 


 

Le mariage est-il possible entre un catholique et un chrétien?

Merci pour votre lettre. Vous mentionnez que vous vous questionnez sur le mariage entre catholique et chrétien.Je dois dire, premièrement, que ce qui est important ce n’est pas si une personne est baptiste, catholique ou autre. Ce qui compte c’est d’être chrétien, sauvé, né de nouveau et de marcher selon Dieu. C’est ce que la Bible enseigne. 

Jean 3:3 Jésus lui répondit, En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. 

Jean 3:7 Ne t’étonne pas que je t’aie dit, Il faut que vous naissiez de nouveau.  

L’appartenance à une église ou à une autre peut aussi créer des conflits dans un couple, mais c’est tout de même secondaire. 

Ce qui est plus grave et difficile c’est le conflit, comme il est écrit dans 2Corinthiens, « entre la lumière et les ténèbres »

2 Corinthiens 6:14 

Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité? ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres? 

 
Dieu n’encourage donc pas un chrétien à marier une non chrétienne, et vice versa.La vie chrétienne après la conversion comporte quatre grandes sphères :
 
1) adorer et prier Dieu,

2) la communion fraternelle avec d’autres chrétiens, 

3) évangéliser, et 

4) apprendre à connaître Dieu à travers la Bible. 

L’appartenance et la participation à une église sont importantes pour pratiquer ces domaines de la vie chrétienne. C’est un vrai bonheur de faire ces choses en couple et en famille. Quelle joie par exemple de participer en famille à des soirées d’étude biblique et prière, à un culte d’adoration ou à une semaine dans un camp chrétien (Nous faisons cela à chaque été. Voir le site du Camp des Bouleaux). 

Mais lorsqu’un conjoint n’est pas croyant et n’assiste pas à l’Église, tout devient plus ardu. J’ai vu plusieurs larmes de croyants dont le conjoint ne partageait pas la même vision de la vie. Cela affecte aussi, comme vous dites, l’éducation des enfants. 

C’est difficile pour le croyant d’enseigner à ses enfants les bases de la vie chrétienne ou de les amener à l’Église, lorsque le conjoint dit ouvertement que ce n’est pas nécessaire. 

C’est encore plus difficile lorsque les enfants commencent à suivre l’exemple du parent non croyant et qu’ils vivent pour le monde. 

C’est difficile lorsque le croyant a hâte de retrouver ses frères et sœurs chrétiens à l’Église, mais que le conjoint désire plutôt passer les fins de semaine au chalet. 

C’est difficile lorsque le croyant veut donner généreusement pour l’œuvre de Dieu, mais que son conjoint n’est pas d’accord. 

C’est difficile lorsque le croyant veut agir de façon honnête et pure si son conjoint a la conscience plus large. 

C’est difficile lorsque le croyant prie pour le salut éternel de son conjoint et que celui-ci est indifférent et indique qu’il n’a pas besoin de cela. 

Évidemment, un couple de ce genre a aussi des moments d’harmonie, de joie et de plaisir, mais c’est triste quand il y a un déchirement sur la chose la plus fondamentale de la vie. 

Retour à la liste de questions 


 

La religion peut-elle rapprocher les hommes? 

La religion peut parfois rapprocher, parfois elle éloigne. Trop souvent elle éloigne même de Dieu.L’important ce n’est pas la religion, qui est une invention humaine, mais la révélation de Dieu par sa Parole, la Bible. Dieu nous y révèle comment nous sommes éloignés de lui et comment nous pouvons être réconciliés avec lui par le sacrifice de Jésus à la croix. 

Colossiens 1:20 

20 il a voulu par lui tout réconcilier avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix. 

21 Et vous, qui étiez autrefois étrangers et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises oeuvres, il vous a maintenant réconciliés par sa mort dans le corps de sa chair…En ce qui a trait à l’unité entre les hommes, Jésus a averti que l’Évangile peut souvent diviser. 

  

Matthieu 10:34 

34 Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée.
 
35 Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère;
 
36 et l’homme aura pour ennemis les gens de sa maison.
 
37 Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi, et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi;
 
38 celui qui ne prend pas sa croix, et ne me suit pas, n’est pas digne de moi. Par contre, l’Évangile rapproche les vrais chrétiens les uns des autres.
  

 

Retour à la liste de questions


Que signifie le baptême du St-Esprit pour vous? Est-il vrai que si on a pas le baptême du St-Esprit, il nous manque quelque chose d’important dans notre vie chrétienne? J’ai été baptisé d’eau en signe de témoignage de ma foi pour Jésus qui est mort pour mes péchés, ai-je besoin d’un autre baptême?   Et en même temps pouvez-vous aussi m’éclairer sur le baptême de feu?  

Pour moi, la Bible est très claire à ce sujet. Le « baptême du Saint-Esprit » est mentionné dans 7 passages de la Bible. Dans les 4 premiers passages dans les évangiles, Jean-Baptiste annonce qu’il baptiste d’eau (l’expression signifie DANS l’eau) et qu’après lui viendra celui qui baptisera de Saint-Esprit et de feu (c’est-à-dire DANS le Saint-Esprit et dans le feu). 

Ce sont 2 choses différentes: le baptême dans le Saint-Esprit est pour les chrétiens, tandis que le baptême dans le feu est pour les non-croyants qui seront jetés dans l’étang de feu. Je ne désire pas être baptisé de feu, toi non plus j’espère.Voici donc les 7 passages: 

  1. Matthieu 3:11
    Moi, je vous baptise d’eau, pour vous amener à la repentance; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu.
  2. Marc 1:8
    Moi, je vous ai baptisés d’eau; lui, il vous baptisera du Saint-Esprit.
  3. Luc 3:16
    Il leur dit à tous: Moi, je vous baptise d’eau; mais il vient, celui qui est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu.
  4. Jean 1:33
    Je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser d’eau, m’a dit: Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et s’arrêter, c’est celui qui baptise du Saint-Esprit.
  5. Actes 1:5
    Car Jean a baptisé d’eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit.
  6. Actes 11:16
    Et je me souvins de cette parole du Seigneur: Jean a baptisé d’eau, mais vous, vous serez baptisés du Saint-Esprit.
  7. 1 Corinthiens 12:13
    Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres, et nous avons tous été abreuvés d’un seul esprit.

Les 5 premiers versets font référence au baptême comme étant futur, après le commencement de l’Église à la Pentecôte… 

Le 6e verset, (Pierre qui a porté l’Évangile à Corneille) voit le baptême comme étant arrivé à Corneille. 

Le 7e verset est le seul qui nous donne l’explication: 

1 Corinthiens 12:13 « Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul corps, ». 

Voici ce que ça veut dire: Paul dit  » Nous avons « TOUS » été baptisés… « , le baptême dans le Saint-Esprit est donc une expérience que TOUS les chrétiens ont eu. Que personne donc ne vous dise qu’il vous manque quelque chose. Si vous avez reçu Jésus comme Sauveur et que vous lui appartenez, vous avez le Saint-Esprit. 

Le but du baptême dans le Saint-Esprit: « pour former un seul corps ». La fonction du baptême dans le Saint-Esprit est donc de nous intégrer spirituellement au corps de Christ, l’Église universelle. 

Romains 8:9 nous enseigne : « …Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas ». C’est donc impossible d’être chrétien, né de nouveau et qu’il nous manque l’Esprit. Ce verset nous confirme que ça va ensemble, ce ne sont pas deux choses séparées. 

Ne vous laissez pas influencer par ces idées qu’il vous manque quelque chose. 

Je trouve cela triste que certains pensent cela et je crois que c’est l’oeuvre du diable de nous faire croire qu’il nous manque quelque chose en dehors de Jésus Christ. « Nous avons tout pleinement en lui » (Colossiens 2:10) il ne nous manque rien. 

Pour le baptême de feu, voici le verset dans son contexte… 

(Matthieu 3:10-12) 

10 Déjà la cognée est mise à la racine des arbres: tout arbre donc qui ne produit pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu. 

11 Moi, je vous baptise d’eau, pour vous amener à la repentance; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu. 

12 Il a son van à la main; il nettoiera son aire, et il amassera son blé dans le grenier, mais il brûlera la paille dans un feu qui ne s’éteint point. 

Le baptême de feu fait donc référence au jugement dernier et au feu qui ne s’éteint point. N’acceptez donc pas de vous faire dire qu’il vous manque quelque chose, surtout pas du baptême de feu. 

  

Retour à la liste de questions


Quel est le meilleur antidote contre les sectes?   

Puis-je vous citer un verset des Écritures qui décrit le meilleur antidote face aux fausses doctrines? C’est Actes 17:11 Ces Juifs avaient des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique; ils reçurent la parole avec beaucoup d’empressement, et ils examinaient chaque jour les Écritures, pour voir si ce qu’on leur disait était exact. 

Je vous encourage donc à lire à chaque jour un chapitre des Écritures (à débuter par le Nouveau Testament) pour apprendre à connaître Dieu et son plan de salut pour nos vies.
 
Jean 8:30
30 Comme Jésus parlait ainsi, plusieurs crurent en lui.
 
31 Et il dit aux Juifs qui avaient cru en lui: Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples;
 
32 vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira.

Vous vous sentez peut-être incompris des autres. Ce n’est pas facile. J’ai vécu des choses semblables. Mais Dieu vous comprend et il peut faire une grande oeuvre de libération dans votre vie. 

Retour à la liste de questions


Je suis athée malgré que plusieurs membres de ma famille sont croyants. Néanmoins je crois aux valeurs dîtes bonnes. Je croirais en Dieu si on me le définirait comme un groupement de sentiments et de valeurs étant considérés bien, mais comme les croyant disent que il n’y a pas de définition à Dieu : il faut le vivre, je ne puis m’affirmer croyant. Mais ne vous en faites pas, ça ne fait pas de moi une personne méchante. 😉 

 
J’ai été surpris de votre définition de Dieu:
«Je croirais en Dieu si on me le définirait comme un groupement de sentiments et de valeurs étant considérés bien, mais comme les croyant disent que il n’y a pas de définition à Dieu : il faut le vivre, je ne puis m’affirmer croyant.»
 
Il me semble que c’est une définition plutôt mystique qui va dans le sens du mouvement « Nouvel Âge ». C’est un peu ce que je croyais quelques années passées. Et il semble que les « croyants » à qui vous avez parlés n’ont pas une idée très claire de ce qu’est Dieu.

Puis-je vous donner ma définition actuelle de Dieu, ce Dieu que j’ai appris à connaître depuis qu’on m’a encouragé à lire la Bible (En passant, la Bible doit être le point de départ pour connaître Dieu. C’est un livre historique. On y retrouve les paroles de Jésus-Christ lui-même et les écrits que Dieu lui-même a inspiré. Et c’est un livre qui a passé le test des années. Il a plus de 2000 ans, c’est le livre qui a été le plus lu, le livre traduit dans le plus grand nombre de langues et le livre le plus imprimé de l’histoire. Ses vérités sont inébranlables et Jésus lui-même a dit: « le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point »). 

Ceci étant dit, on y voit premièrement que Dieu est une PERSONNE. Il n’est pas seulement des sentiments, ou des valeurs, mais une personne réelle. Il dit même qu’il nous a créés à son image, c’est à dire que nous sommes des personnes comme lui, avec des pensées, des sentiments, et une volonté. On peut aussi dire qu’il est Esprit, éternel, tout puissant, et le créateur de toute chose. Il s’est révélé dans la Bible qu’il a inspiré, et dans son Fils, Jésus, qui a pris une forme humaine en venant sur la terre pour mourir pour nos péchés et ressusciter le 3e jour. 

Dieu peut donc être défini, même si on ne le connaît qu’en partie. 

On ne peut se fier aux religions, car elles changent et ne sont pas parfaites. Mais Dieu ne change pas. Il n’est pas seulement un sentiment ou des valeurs, mais une personne objective. Et la clé de toute la foi chrétienne se trouve dans un événement : que Jésus-Christ a vécu, corporellement, qu’il est mort à la croix, qu’il est ressuscité, et que son tombeau est vide aujourd’hui à Jérusalem. 

Croyez-vous cela? 

C’est bien plus qu’un sentiment ou une valeur, c’est un fait historique. Même notre calendrier est basé sur cet événement central de l’histoire: nous sommes dans les années 2000 « après Jésus-Christ ». J’espère que cela vous éclaire plus sur la foi chrétienne. 

J’aimerais dire encore quelque chose sur une phrase que vous dites dans votre
lettre: 

«Mais ne vous en faites pas, ça ne fait pas de moi une personne méchante.» 

Vous n’êtes probablement pas plus méchant que la plupart des gens, mais êtes-vous assez bon pour mériter la vie éternelle avec Dieu? 

Jésus nous dit que si on ne « naît de nouveau » on ne peut pas voir, ni même entrer dans le royaume de Dieu. 

Je vous encourage à lire dans l’Évangile de Jean, chapitre 3, versets 1-16, et Jean chapitre 1, versets 12 et 13, la solution pour devenir enfant de Dieu. 

Retour à la liste de questions


Distinction entre « secte » et « religion » J’aimerais connaître la distinction entre les sectes et les religions. Aussi, si vous pouviez me référer à des ouvrages, je vous en serais reconnaissante.   

Je pourrais définir ici brièvement qu’une RELIGION est habituellement un système de croyances et de pratiques religieuses, incluant des rituels et des cérémonies.  

Pour ce qui est d’une SECTE, c’est habituellement une religion où il y a un aspect de CONTRÔLE. C’est à dire que le leader ou l’organisation religieuse exerce un contrôle sur les croyances et les actions des membres du groupe. Ce qui veut dire qu’il n’y a pas de liberté de pensée. Les membres sont appelés à croire sans questionner ou sans juger du bien-fondé d’une croyance ou d’une pratique. 

Mais il y a selon moi une troisième catégorie: L’ÉGLISE DE JÉSUS CHRIST comme on le voit dans le Nouveau Testament. Ce qu’on y apprend, c’est que l’Église n’est pas un bâtiment ou une organisation, mais l’ensemble des croyants. Et, au lieu d’un « contrôle » il y a une liberté de pensée. C’est ce qu’on voit dans le livre des Actes: « Ils examinaient les Écritures à tous les jours pour voir si ce qu’on leur disait était exact » Actes 17:11. 

Ce verset a été écrit à l’occasion où l’apôtre Paul est allé prêcher l’Évangile à la ville de Bérrée. On y voit que les gens qui écoutaient ce si grand apôtre n’ont pas simplement cru aveuglément. Ils ont LIBREMENT comparé l’enseignement de Paul aux Saintes Écritures. Et lorsqu’ils ont cru, c’était une décision éclairée, personnelle, et envers Dieu, sans les pressions d’un groupe ou d’un leader. Et de plus, leur nouvelle Église n’était pas une série de rituels ou de cérémonies. Les rencontres d’Églises avaient plutôt l’air de ceci: 

Actes 2:42 

42 Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières… 

47 louant Dieu, et trouvant grâce auprès de tout le peuple. Et le Seigneur ajoutait chaque jour à l’Eglise ceux qui étaient sauvés. 

L’Église du Nouveau Testament devrait donc être notre modèle pour les Églises d’aujourd’hui. C’est pour cela que des prédicateurs, comme Billy Graham par exemple, encourage toujours les nouveaux croyants à se joindre à des études bibliques dans des Églises qui enseignent la Bible. 

Comme ouvrage de référence, je recommande « The Kingdom of the Cults » par Walter Martin. C’est un ouvrage classique et approfondi sur les sectes majeures de notre époque. Je crois même qu’il est présentement traduit en français. Aussi, vous pouvez vous informer auprès d’une librairie chrétienne ou évangélique de votre région au sujet des autres livres disponibles sur le sujet. 

Retour à la liste de questions


Les Baptistes Évangéliques Bonjour, je fais un travail sur les Baptiste Évangélique dans le cadre de mon cours d’ecclésiologie à l’Université du Québec. J’aurais donc besoin de renseignements sur votre groupe. J’espère trouver des réponses à mes questions, qui sont:  

1- nom officiel du mouvement et nom populaire, s’il y a lieu 

2- étapes de la fondation et du développement; sources d’influences

3- l’organisation 

4- les divers éléments doctrinaux et cultuels (ou pratique) 

5- ce que vous dites de la société 

Ça me fait un plaisir de répondre à vos questions du meilleur de ma connaissance. 

1- nom officiel du mouvement et nom populaire, s’il y a lieu  

Église Baptiste Évangélique de l’Est de l’Ontario. 

Notre Église fait aussie partie de: 

l’Association d’Églises Baptistes Évangéliques au Canada (en Anglais); 

l’Association d’Église Baptistes Évangéliques au Québec

2- étapes de la fondation et du développement; les sources d’influences  

Les Églises Baptistes en général s’inspirent du modèle de l’Église selon le Nouveau Testament. C’est à dire, une organisation simple, de type congrégationaliste, où l’assemblée choisit ses dirigeants (pasteurs et diacres), dont l’autorité est le Dieu de la Bible, et dont la mission est de faire connaître l’Évangile de Jésus-Christ. 

Il y a eu à travers l’histoire des groupes qui ont gardé cette approche. Les Vaudois, par exemple au Moyen Âge, revenaient aux sources des Écritures. Ils ont résisté à l’Église romaine qui est devenue hiérarchique et institutionnalisée et qui s’est éloignée des bases du Nouveau Testament. 

Il y eut par la suite la Réforme religieuse à la Renaissance avec Luther en Allemagne, Calvin et Zwingli en Suisse, et d’autres en France et en Angleterre. C’est à cette époque qu’il y eu des groupes appelés « anabaptistes » car ils rebaptisaient les adultes après leur conversion. 

Mais c’est en Angleterre que les baptistes tels qu’on les connaît aujourd’hui ont vu le jour. Il y eut d’abord un rejet de l’Église catholique romaine en faveur de l’Église d’Angleterre (anglicane), puis les débuts de l’Église presbytérienne. 

Finalement, certains considéraient que la réforme n’allait pas assez en profondeur pour retourner au modèle du Nouveau Testament. C’est là que certains groupes Baptistes ont débuté. Un auteur célèbre, dans les années 1600, John Bunyan, un baptiste, a écrit le livre Le voyage du pèlerin (Pilgrim’s Progress) lorsqu’il était emprisonné pour sa foi. 

Ce livre est, après la Bible, un des livres les plus répandus dans le monde, traduit en plus de 120 langues, et est sans cesse réédité. La première traduction française date de 1716. C’est l’un des grands classiques de la littérature chrétienne. Je vous le recommande. 

Parmi les premiers colons en Amérique, il y eut plusieurs Baptistes d’Angleterre, et des Huguenots de la France. Les Huguenots étaient aussi un groupe évangélique protestant. 

Au Canada Français, dans les années 1800, certains missionnaires venus de la Suisse ont formé la Mission de la Grande Ligne, dans l’Estrie. Ce groupe était associé aux Baptistes et a eu un grand impact au Québec. Malheureusement, les persécutions ont fait que plusieurs de ceux qui se sont convertis ont dû s’angliciser ou fuir aux États Unis. 

Dans les années 1900 de nouvelles Églises ont débuté. Les prédicateurs de l’Évangile ont souffert beaucoup de persécutions dans les années 40 et 50, jusqu’à se faire arrêter et mettre en prison pour avoir distribué des Nouveau Testaments ou pour avoir prêché en plein air. 

3- l’organisation  

Par principe, les Églises Baptistes sont autonomes. Elles sont de type congrégationalistes, c’est à dire que l’autorité appartient à l’Église locale plutôt qu’à une hiérarchie. Par exemple, il n’y a pas d’Évêque, d’Archevêque ni de Pape. Lors des réunions d’affaire, ce sont les membres qui choisissent les serviteurs et conducteurs (pasteurs et diacres) et ce sont les membres qui approuvent les décisions de budget et autre. C’est une organisation démocratique dans plusieurs sens. 

Habituellement, les Églises baptistes s’unissent volontairement à d’autres pour partager des ressources et collaborer à leur mission. C’est ainsi que nous avons aujourd’hui le Fellowship of Evangelical Baptist Churches in Canada et plusieurs autres associations au Canada, aux États-Unis et ailleurs dans le monde. 

4- les divers éléments doctrinaux et cultuels (ou pratique)  

Les Baptistes sont reconnus pour adhérer à 6 ou 7 principes qui les ont distingués à travers l’histoire. 

En voici un résumé tel que vous pouvez voir sur notre site web (C’est quoi une Église baptiste?) 

1. L’autorité absolue de la Bible dans les questions de vie et de foi 

2. La liberté absolue de conscience 

3. L’Église locale composée seulement de croyants nés de nouveau 

4. Le baptême des croyants 

5. L’autonomie de l’Église locale (démocratique, congrégationaliste) 

6. Le sacerdoce universel des croyants 

7. La séparation de l’Église et de l’état 

5- ce que vous dites de la société  

La société d’aujourd’hui fait face, plus que jamais, à un vide spirituel. Les gens ont besoin de répondre à l’appel de l’Évangile tout comme au premier siècle. 

J’espère que ça répond à vos questions. Il y aurait beaucoup plus à dire, mais c’est déjà un début.  

  

Retour à la liste de questions



Pourriez-vous me décrire plus en détail les éléments doctrinaux dont vous adhérer? J’aimerais que vous élaboriez davantage sur ce que vous dites de notre société. Je voudrais avoir les analyses de votre groupe et les critiques, s’il y en a, bien sur! Et finalement, pensez-vous que votre groupe peut s’inscrire dans notre tissus socioculturel?Voici mes réponses à vos autres questions:   

1. Pourriez-vous me décrire plus en détail les éléments doctrinaux dont vous adhérer?  

Je vous envoie en fichier attaché la confession de foi de notre Église, qui est aussi la confession de l’Association des Églises Baptistes Évangéliques au Québec. Si vous avez des questions sur les doctrines spécifiques, je vous répondrai volontiers. 

2. J’aimerais que vous élaboriez davantage sur ce que vous dites de notre société. 

Vous devez être plus précis dans votre question. « Élaborer » sur quel aspect de la société, et de quel point de vu? Je ne suis pas certain de ce que vous désirez savoir.  

3. Je voudrais avoir les analyses de votre groupe et les critiques, s’il y en a, bien sûr!  

D’après mon analyse, notre Église est fondée sur le modèle biblique de l’Église, tel que révélé dans le Nouveau Testament. C’est un modèle démocratique, pratique, et qui respecte le principe de la liberté individuelle. C’est donc un groupe non sectaire. 

Les croyants sont encouragés à marcher avec Dieu, lire les Écritures, prier, et agir envers les autres selon les principes chrétiens. Ils ne sont donc pas des membres passifs, qui ne font qu’assister à l’Église le dimanche. Un vrai chrétien a une relation intime avec son Dieu. Le Nouveau Testament dit que nous sommes un « royaume de sacrificateurs », c’est-à-dire où tous ont accès à Dieu directement; il n’y a pas de distinction « clergé-laïcs ». 

C’est un modèle viable, fonctionnel avec un système de leadership efficace. L’Église est dirigée par des conducteurs que le Nouveau Testament appelle « pasteur », « ancien » ou « évêque », et appuyé par des serviteurs appelés « diacres ». Ils doivent diriger « avec dévouement; non comme dominant sur ceux qui vous sont échus en partage, mais en étant les modèles du troupeau. » (1Pierre 5:2-3) 

Les critiques. Je crois que c’est le meilleur modèle d’Église (que d’autres confessions religieuses ont d’ailleurs aussi adoptés), mais qui est toujours limité par le facteur humain, c’est-à-dire le péché et l’imperfection de l’être humain. Le succès de l’Église dépend de notre dépendance, soumission et obéissance à Dieu.  

4. Et finalement, pensez-vous que votre groupe peut s’inscrire dans notre tissu socioculturel?  

Absolument! Notre Église, par exemple est très présente dans la communauté. Nous avons un grand nombre de services et activités qui sont ouverts à la communauté. Par exemple : activités de jeunes, clubs d’enfants à l’été, rencontres de femmes sur semaine, soirée de volley-ball, une chorale qui va chanter dans les foyers pour Noël, un cours sur le « parenting », etc. Nous avons déjà participé à la parade de Noël locale, au salon du commerce, à la campagne de paniers de nourriture pour Noël. Nous sommes aussi une ressource sur certains sujets. Nous avons par exemple donné une série d’études sur le danger des sectes religieuses. 

Plusieurs de nos cantiques sont biens connus. Par exemple « Amazing Grace », et plusieurs des cantiques traditionnels de Noël (les cantiques chrétiens tels que « Sainte Nuit » « Les anges dans nos campagnes », etc.) 

J’ai été moi-même président du comité de parents de l’école publique pendant quelques années. Certains de nos membres sont parent d’accueil pour la société d’aide à l’enfance. 

Nous sommes donc très présents et impliqués dans notre société. C’est ce que Dieu désire pour nous lorsque Jésus dit: « Vous êtes le sel de la terre » et « la lumière du monde » (Matthieu 5:13-16). Nous devons donc être présents dans la mesure où nous sommes une bonne influence, dans un climat de liberté, en respectant le principe de séparation de l’Église et de l’état, qui est un trait distinctif des Baptistes. 

  

Retour à la liste de questions


Quelle est la place des femmes dans votre Église? Antérieurement, vous disiez que « La société d’aujourd’hui fait face, plus que jamais, à un vide spirituel. Les gens ont besoin de répondre à l’appel de l’Évangile tout comme au premier siècle. » Pourriez vous commenter votre affirmation? Comment les Églises évangéliques baptistes font leur argent (quête, contribution obligatoire des membres, etc.).  

Quelle est la place des femmes dans votre Église?  

Sur cette question c’est encore le modèle biblique qui est notre guide. Nous voyons que des femmes étaient très près de Jésus et l’accompagnaient dans son ministère. Ce sont des femmes qui ont eu le privilège d’être premiers témoins de la résurrection.Les actes nous donnent aussi des indices sur le rôle de la femme. Nous avons l’exemple de Priscille et de son mari Aquilas qui servaient le Seigneur ensemble. Ils étaient de bons collaborateurs de Paul. Dans Actes 18.18, on voit même le nom de Priscille avant celui de son mari Aquilas.

Actes 18:18 Paul resta encore assez longtemps à Corinthe. Ensuite il prit congé des frères, et s’embarqua pour la Syrie, avec Priscille et Aquilas

Paul avait beaucoup d’estime pour les femmes comme on le voit dans les versets suivant:  

Actes 17:4
Quelques-uns d’entre eux furent persuadés, et se joignirent à Paul et à Silas, ainsi qu’une grande multitude de Grecs craignant Dieu,et BEAUCOUP DE FEMMES DE QUALITÉ. 

Actes 17:12
Plusieurs d’entre eux crurent, ainsi que beaucoup de FEMMES GRECQUES DE DISTINCTION 

Dans les épîtres, la fonction de diacre, c’est-à-dire de serviteur dans l’Église est autant pour les femmes que pour les hommes. Le rôle de pasteur, aussi appelé « ancien » ou « évêque », est réservé seulement à certains hommes, habituellement mariés, qui remplissent des qualifications spirituelles de 1 Timothée 3:2 : 

Il faut donc que l’évêque soit irréprochable, mari d’une seule femme,sobre, modéré, réglé dans sa conduite, hospitalier, propre à l’enseignement… 

Les femmes sont habituellement très actives dans nos Églises. A notre Église, le groupe de femmes est très dynamique. Elles se rencontrent à toutes les 2-3 semaines pour des études bibliques et pour fraterniser. Plusieurs femmes enseignent les classes d’école du dimanche et aident dans différents ministères. 

Antérieurement, vous disiez que « La société d’aujourd’hui fait face, plus que jamais, à un vide spirituel. Les gens ont besoin de répondre à l’appel de l’Évangile tout comme au premier siècle. » Pourriez vous commenter votre affirmation? 

Lorsque je parle de vide spirituel, je fais référence au fait qu’autrefois les gens étaient très « religieux ». Les valeurs et la morale judéo-chrétienne étaient prédominantes. Aujourd’hui, les gens sont de plus en plus désillusionnés face aux religions, et avec raison. Les scandales et un système religieux dogmatique et autoritaire ont fait que les gens rejettent de plus en plus la religion établie pour se tourner vers le matérialisme, le Nouvel âge, ou même un Dieu fait sur mesure. Dans ce monde, tout est relatif, et même on rejette l’idée d’une vérité absolue. On ne sait plus sur quoi fonder nos valeurs. On ne sait plus ce qui est mal et ce qui est bien. 

Lorsque je parle avec des gens, de plus en plus ils me disent qu’ils ne savent plus quoi croire. Ils ne savent pas qui est Dieu et ne savent pas ce qui les attend après la mort. Il n’y a donc plus de fondement pour les valeurs morales. Il y a de plus en plus de suicide, de violence et de familles brisées. Les écoles, les médias inculquent que notre existence est due à un Big Bang, et une évolution qui sont arrivés par le fruit du hasard et de la loi du plus fort. Selon ce modèle, quel est le sens de la vie? Face aux malheurs et à la souffrance, qu’est-ce qui peut nous donner de l’espoir et de la consolation? 

Le célèbre Blaise Pascal, philosophe et mathématicien avait dit que tous les hommes avaient dans leur coeur un vide de la forme de Dieu, que seul Dieu peut remplir. Pour remplir ce vide, chaque personne a besoin de prendre position face au plan de Dieu révélé dans les Écritures : 

Il y a un Dieu qui nous a créés et qui nous aime. « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique…» (Jean 3:16) 

Nous sommes pécheur et séparés de lui : Romains 3:23 « Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu » 

Nous ne pouvons nous racheter par nos oeuvres : Ephésiens 2:8 « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. 9 Ce n’est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie. 

Jésus-Christ a subi le jugement, il a payé la rançon pour nos péchés : Ro 5:8 « Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. » 

Ce salut est disponible à tous ceux qui croient et reçoivent Jésus comme Sauveur. Jean 1:12 « Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu » 

Ce plan de salut révolutionne une vie. J’en suis témoin comme tous ceux qui ont reçu Jésus comme Sauveur et Seigneur. Il nous assure que Dieu nous aime comme il a aimé son Fils (nous avons de la valeur à ses yeux : la valeur de la vie de son fils). Il nous assure qu’il nous garde et nous soutient en cette vie comme un Bon Berger (Psaume 23). Il nous donne aussi l’assurance de la vie éternelle après notre mort, par les seuls mérites de Jésus-Christ (1Pierre 1). 

Ce message de l’Évangile est tellement simple, mais en même temps très difficile à cause de notre orgueil. Il nécessite qu’on s’humilie pour reconnaître qu’on est pécheur et qu’on est incapable de se racheter soi-même (C’est le problème avec la plupart des religions. Elles exigent un tas de pratiques, rituels, cérémonies et commandements dans le but de nous racheter. Cela flatte l’orgueil humain qui croit être assez bon pour se racheter, mais ceci est contraire à l’enseignement de Dieu dans la Bible). Mais ceux qui ont reçu ce don de la vie éternelle n’ont plus de vide spirituel. Ils sont nés de nouveau (Jean 3 :3) et ont l’assurance de la vie éternelle (1Jean 5 :13). Ils connaissent leur Sauveur, sont reconnaissants envers Dieu et désirent vivre pour lui plaire. Leurs valeurs morales sont solidement fondées sur le Dieu qui s’est révélé à eux et qui les a sauvés. 

(Je vous souhaite à vous aussi de connaître cette nouvelle naissance et cette nouvelle vie!) 

Comment les Églises évangéliques baptistes font leur argent (quête, contribution obligatoire des membres, etc.)? 

Toujours, selon le modèle biblique. 1 Corinthiens 16:2 «Que chacun de vous, le premier jour de la semaine, mette à part chez lui ce qu’il pourra, selon sa prospérité, afin qu’on n’attende pas mon arrivée pour recueillir les dons.» 

Ce sont donc les croyants qui soutiennent l’oeuvre de l’Église (C’est LEUR oeuvre à tous). L’offrande est habituellement le dimanche (« le premier jour de la semaine »), et est volontaire (« mette à part chez lui ce qu’il pourra, selon sa prospérité »). 

Certaines sectes et Églises obligent les membres à donner la « dîme », c’est à dire un dixième du revenu tel qu’enseigné au peuple d’Israël dans l’Ancien Testament. Mais les Églises Baptistes s’attendent à des offrandes volontaires, selon le modèle du Nouveau Testament.  

Retour à la liste de questions


L’attitude de Paul face à l’esclavage  

J’aurais une question à vous poser sur l’interprétation ou sur LES interprétations d’un énoncé de Paul dans Colossiens. 

« Esclaves, obéissez en tout à vos maîtres d’ici-bas… »

« Maîtres, accordez à vos esclaves le juste et l’équitable… » (Col. 3, 22; 4,1, Bible de Jérusalem)  

Cela signifie-t-il que Paul se sentait « confortable » esclavage, qu’il le ratifiait (validait) et qu’il n’en voyait pas l’éradication nécessaire OU « esclave » aurait-il un autre sens, tel celui d’« esclave du Christ »? Puis, est-ce que cet enseignement sur la soumission des esclaves aux Maîtres correspond à ce qu’aurait prôné le Christ lui-même? 

Je suis ravi de voir votre intérêt pour la Bible, la parole de Dieu. C’est bon signe quand des gens posent des questions. C’est souvent signe qu’ils désirent connaître Dieu. Je vais tenter de répondre à vos questions du mieux que je peux.
L’attitude de Paul face à l’esclavage.

Paul donne une réponse dans 1 Corinthiens 7: 

17 Seulement, que chacun marche selon la part que le Seigneur lui a faite, selon l’appel qu’il a reçu de Dieu. C’est ainsi que je l’ordonne dans toutes les Eglises.
 
18 Quelqu’un a-t-il été appelé étant circoncis, qu’il demeure circoncis; quelqu’un a-t-il été appelé étant incirconcis, qu’il ne se fasse pas circoncire.
 
19 La circoncision n’est rien, et l’incirconcision n’est rien, mais l’observation des commandements de Dieu est tout.
 
20 Que chacun demeure dans l’état où il était lorsqu’il a été appelé.
 
21 As-tu été appelé étant esclave, ne t’en inquiète pas; mais si tu peux devenir libre, profites-en plutôt.
 
22 Car l’esclave qui a été appelé dans le Seigneur est un affranchi du Seigneur; de même, l’homme libre qui a été appelé est un esclave de Christ.
 
23 Vous avez été rachetés à un grand prix; ne devenez pas esclaves des hommes.
 
24 Que chacun, frères, demeure devant Dieu dans l’état où il était lorsqu’il a été appelé.
  

On voit dans ce passage et dans d’autres que Paul n’avait pas comme objectif de rétablir les injustices sociales, politiques ou autres dans le monde. Jésus lui-même a dit: « Rendez à César ce qui est à César », même s’il y avait des injustices et de la cruauté et de l’oppression dans le règne des empereurs romains. Paul et Pierre encouragent même d’être soumis aux autorités et de prier pour eux. L’objectif de Paul et des premiers chrétiens était bien plus important : le salut des âmes (Voir Romains 3, Éphésiens 2). Jésus lui même dit dans Mat 10:34 « Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. » Le but de Jésus n’était donc pas la paix mondiale et la justice sociale, mais le salut des âmes.  

Retour à la liste de questions


Jésus-Christ, le Médiateur « Dieu est unique, unique aussi le médiateur entre Dieu et les hommes, le Christ Jésus, homme lui-même… » (1Timothée 2, 5)… Christ est-il ENCORE HOMME ou ne l’est-il plus?   

Pour ce qui est de la nature de Christ, nous voyons qu’il est pleinement Dieu et pleinement homme en même temps. Il n’a jamais perdu sa divinité, et, depuis son incarnation, il est toujours homme, même après sa résurrection.

Pour la référence à Paul qui dit avoir reçu l’Évangile par une révélation de Jésus-Christ, je crois qu’il fait référence à l’apparition de Jésus sur le chemin de Damas. Je ne vois pas de contradiction avec le rôle de Christ comme médiateur. Christ est le médiateur entre Dieu et les hommes. Le contexte de ce passage est la prière et surtout le SALUT. Au verset 4 il est écrit que Dieu « veut que tous les hommes soient SAUVÉS et parviennent à la connaissance de la vérité. C’est ce qu’il dit aussi en 1Ti 1:15 « C’est une parole certaine et entièrement digne d’être reçue, que Jésus-Christ est venu dans le monde pour SAUVER LES PÉCHEURS, dont je suis le premier. » Il est donc question de SALUT. 

Et il est encore question de SALUT au chap.2, verset 5-6 : « Jésus est le seul médiateur …6 qui s’est donné lui-même en RANÇON pour tous ». Un médiateur est une personne intermédiaire qui a pour but d’amener la paix entre les deux parties. C’est ce que Jésus a fait en devenant homme et en se donnant en « rançon » pour nous. Il devait prendre la nature humaine pour obéir, souffrir, et mourir en tant qu’homme et ainsi réellement payer la rançon pour nos péchés. Il est donc médiateur pour nous sauver. 

Dans les deux passages où Jésus est présenté comme INTERCESSEUR, c’est pour notre SALUT. Romains 8 : 34 « Qui les condamnera? Christ est mort; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous! », et Hébreux 7:25 « C’est aussi pour cela qu’il peut SAUVER parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour INTERCÉDER en leur faveur. » 

Je regardais lundi soir une émission intitulée : « 2000 ans après Jésus-Christ ». J’étais très attristé de voir qu’on présentait Jésus simplement comme celui qui apportait le message de la « charité chrétienne ». Pourtant, le vrai message des Écritures est que nous sommes pécheurs et incapables de mériter la vie éternelle par notre charité ou par quelque autre oeuvre (Romains 3 : 10, 19-20; Éphésiens 2 :8-9) et que nous avons besoin d’un SAUVEUR. La mission de Jésus n’était pas de nous apporter un message, mais d’accomplir l’expiation pour nos péchés. 

Sa mission était : 

  • D’accomplir l’expiation 1Jean 2:2 Il est lui-même la victime expiatoire pour nos péchés, et non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. 1Jean 4:10 Et cet amour consiste, non point en ce que nous avons aimé Dieu, mais en ce qu’il nous a aimés et a envoyé son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés. Jésus dit à la croix (Jean 19:30) « Tout est accompli. »
  • Devenir notre victime propitiatoire (Ro 3:25) Romais 3:25 C’est lui que Dieu a destiné à être par son sang pour ceux qui croiraient victime propitiatoire, afin de montrer sa justice, parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience;
  • Devenir notre substitution 2Corinthiens 5:21 Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu.
  • Devenir notre justification Ro 4:25 qui a été livré pour nos offenses, et est ressuscité pour notre justification. Ro 5:18 Ainsi donc, comme par une seule offense la condamnation a atteint tous les hommes, de même par un seul acte de justice la justification qui donne la vie s’étend à tous les hommes. Ro 10:4 car Christ est la fin de la loi pour la justification de tous ceux qui croient. Ga 5:4 Vous êtes séparés de Christ, vous tous qui cherchez la justification dans la loi; vous êtes déchus de la grâce.
  • Devenir notre RANÇON Mt 20:28 C’est ainsi que le Fils de l’homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie comme la rançon de beaucoup.

J’espère que cela répond à vos questions. Que le Seigneur vous bénisse et vous dirige dans sa Parole.  

Retour à la liste de questions


Le salut par les oeuvres ou par la foi? J’avais déjà remarqué des incohérences ou semblants de contradictions entre Jacques et Paul. Or, plus je me renseigne et plus je m’aperçois qu’il semble y avoir consensus chez les exégètes (consciencieux) contemporains eu égard aux profondes dissensions ayant véritablement eu cours entre (l’«École» ou la communauté gravitant autour de) Jacques et Paul au sujet de la justification: par la seule foi pour ce dernier et par la foi ET les oeuvres pour le premier. Lorsqu’on sait l’Éminence de l’enseignement paulinien…  

Est-ce que Jacques aurait seulement mal compris Paul? Par exemple, se pourrait-il qu’on soit JUSTIFIÉ par la foi seule, mais qu’on soit SAUVÉ et par les oeuvres et par la foi? (I.e., la profession de foi compterait comme OEUVRE – manifestation de la foi).   

Il y a un verset très approprié qui souligne que Pierre appuyait Paul: 

2Pierre 3:15 « Croyez que la patience de notre Seigneur est votre salut, comme notre bien-aimé frère Paul vous l’a aussi écrit, selon la sagesse qui lui a été donnée. » Paul était aussi au concile de Jérusalem (Actes 15), et il a reçu « la main d’association » des autres apôtres (dont Jacques) : 

Galates 2:9 « et ayant reconnu la grâce qui m’avait été accordée, Jacques, Céphas et Jean, qui sont regardés comme des colonnes, me donnèrent, à moi et à Barnabas, la main d’association, afin que nous allions, nous vers les païens, et eux vers les circoncis ». 

Il n’y avait donc pas de contradiction dans les messages de Paul et de Jacques. En fait, ils démontrent 2 facettes complémentaires du salut. Paul souligne que le salut est par la foi seulement et qui est suivie de bonnes oeuvres (Voir Éphésiens 2:8-10), et Jacques met l’emphase sur le fait que les oeuvres sont la preuve extérieure d’une vraie foi qui sauve (Jacques 2). Dans les deux passages, on reconnaît le même principe: les oeuvres sont le fruit de la foi, et sont faites après avoir été sauvé. Ce ne sont donc pas les oeuvres qui sauvent.  

Retour à la liste de questions


L’assurance de la vie éternelle Je n’ai pas l’assurance de la vie éternelle, et ce à cause de… La Bible! (À cause de la Parole même). En effet, si Paul lui-même, qui était si proche à tous égards et en tous sens «de la vie éternelle avec Dieu» (et qui était même allé au ciel), DOUTAIT de sa propre résurrection, comment NOUS/MOI pourrions-nous/pourrais-je en être assuré(s)? Paul, en Philippiens 3,11, espère parvenir SI POSSIBLE à la résurrection (des morts)… Hum… Hum…   

J’aimerais réagir à votre dernière réponse au sujet de l’assurance de la vie éternelle. Je prétends que Paul, comme les autres auteurs du Nouveau Testament, ne doutait PAS de sa résurrection et de la vie éternelle. Cela serait inconsistant avec l’assurance qu’il manifeste ailleurs. L’expression « Si je puis », en Philippiens 3 :11, peut être traduit par « Si en effet », ou « depuis » ou « si enfin ». Paul pourrait simplement vouloir dire qu’il a hâte de rejoindre son Sauveur ou il peut penser au chemin difficile qu’il lui reste à parcourir avant sa résurrection. 

Voici les indices qui montrent l’ASSURANCE de Paul. 

  • Il est certain d’être citoyen des cieux : Philippiens 3:20 « Mais nous, nous sommes concitoyens des cieux, d’où nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ, »
  • Il croit à un salut par grâce : Romains 11:6 « Or, si c’est par grâce, ce n’est plus par les oeuvres; autrement la grâce n’est plus une grâce. Et si c’est par les oeuvres, ce n’est plus une grâce; autrement l’oeuvre n’est plus une oeuvre. »
  • Galates 2:21 « Je ne rejette pas la grâce de Dieu; car si la justice s’obtient par la loi, Christ est donc mort en vain.»
  • Il est certain d’aller avec Christ s’il mourrait : Philippiens 1:23 « Je suis pressé des deux côtés: j’ai le désir de m’en aller et d’être avec Christ, ce qui de beaucoup est le meilleur; »
  • Il affirme que rien ne peut le séparer de l’amour de Christ : Romains 8:38 « Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, 39 ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur. » Paul dit aussi qu’un croyant est « scellé » : Ephésiens 1:13 « En lui vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l’Evangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis. » Nous sommes aussi « ressuscités » spirituellement et « assis dans les lieux célestes » (Éphésiens 2)
  • Jean aussi démontre la même assurance dans un verset très clair 1Jean 5:13 : « Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu. » Jésus lui même dit même que quelqu’un « EST PASSÉ de la mort à la vie » lorsqu’il croit (il n’y a pas de « si ») : Jean 5:24 « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie »
  • Luc mentionne ceux qui « ÉTAIENT sauvés » (C’est une certitude, et non pas seulement une possibilité): Ac 2:47 « louant Dieu, et trouvant grâce auprès de tout le peuple. Et le Seigneur ajoutait chaque jour à l’Église ceux qui étaient sauvés. »
  • Pierre parle de ceux qui sont « élus » et « régénérés » 1Pierre 1:2-3 « …, nous a régénérés, pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts, »
  • Paul parle aussi des « élus », « prédestinés » et « héritiers » dans Éphésiens 1 :4,5,11

Je vous encourage donc à considérer dans la prière ces versets (il y en a bien d’autres) qui affirment que les apôtres et les premiers chrétiens avaient l’ASSURANCE DE LA VIE ÉTERNELLE. Vous pouvez aussi connaître cette assurance merveilleuse. Je vous la souhaite sincèrement.  

Retour à la liste de questions


La divinité de Jésus Je pense que Jésus n’est pas Dieu. Est-ce contraire à votre Doctrine ?    

Merci pour votre excellente question. Au début de ma vie chrétienne je me suis demandé si la divinité de Jésus était importante. Or c’est très important car la nature du salut en dépend. En discutant avec des Témoins de Jéhova, qui ne croient pas à la divinité de Jésus, j’ai compris que c’était une question cruciale, et cela m’a forcé à rechercher ce que la Bible enseigne à ce sujet.  

Si Jésus n’est pas Dieu, il ne serait alors qu’une créature de Dieu, un prophète peut-être qui a laissé un bon exemple. Mais Jésus est bien plus que ça. Il est Dieu lui-même qui intervient souverainement pour sauver ses créatures. Puisqu’il est sans aucun péché, son sacrifice à la croix est valable pour payer notre rançon et nous pardonner de tous nos péchés. Autrement, s’il n’avait été qu’un simple homme, même très bon, il aurait subit la mort comme résultat de sa propre nature pécheresse, et son sacrifice n’aurait aucune valeur pour nous sauver. 

Je ne veux pas simplement vous donner la position de l’Église baptiste. Je veux plutôt attirer votre attention vers les textes bibliques et vous faire découvrir leur signification. 

Voici un premier texte qui indique la divinité de Jésus : Jean 1:1-14 (l’Évangile de Jean, chapitre 1, versets 1 à 14). C’est un texte qui demande réflexion. Notez que Jésus est appelé ici « la Parole ». Quelles sont les qualités ou actions de Jésus énumérées ici? Elles sont toutes des indications de sa divinité.

Texte biblique 

Qualité ou action divine de Jésus 

Jean 1:1 « Au commencement était la Parole » Ici, Jésus (la Parole) est présenté comme étant déjà là au début. Il est éternel, comme Dieu
« La parole était avec Dieu » Jésus était donc en unité avec le Père dès le commencement
« et la Parole était Dieu » Jésus est Dieu
« 3 Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. » Jésus est Créateur de toutes choses
« 4 En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes. » Jésus est la source de la vie, il est donc Dieu
« 14 Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père. » Jésus avait la grâce, la vérité et la gloire
« 18 Personne n’a jamais vu Dieu; Dieu le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l’a fait connaître. » Jésus est appelé ici « Dieu le Fils unique »

Beaucoup d’autres textes indiquent sa divinité. Que le Seigneur vous dirige et vous enseigne ! 

Retour à la liste de questions


Un chrétien doit-il parler en langue? 

Je crois que le parler en langue qui est pratiqué de nos jours n’a rien à voir avec ce qui s’est produit à l’époque du Nouveau Testament. Il y a seulement deux endroits dans la Bible où il est question du parler en langue. Il y a premièrement les Actes, qui donnent le récit de trois occasion historiques du parler en langue. Puis, il y a un seul épître qui nous en parle : 1Corinthiens 12-13-14. Je vous encourage à lire cette section pour bien voir le raisonnement de Paul. Vous remarquerez :

  1. Qu’il cible le parler en langue en tant que problème à Corinthe (cette église était aussi remplie d’autres problèmes spirituels), et
  2. Tout ce qu’il dit est pour décourager les Corinthiens à chercher le parler en langue. Il mentionne à plusieurs reprises que l’important c’est « l’édification commune », et « l’utilité ». C’est pourquoi il encourage la prophétie (utile), plutôt que le parler en langue (pas utile).

Autres points à souligner : selon l’enseignement biblique, le parler en langue n’est pas nécessaire, ni justifiées, ni demandé. 

  1. Pas nécessaire parce que ce n’est jamais présenté dans la Bible comme étant un signe obligatoire. Jésus n’en a jamais parlé. Aucun des épîtres n’en parle, sauf 1Corinthiens, où Paul plutôt décourage le parler en langue. Aussi, l’expérience montre que le parler en langue n’est pas un signe fiable de la conversion d’une personne, car ce signe est présent autant chez les catholiques charismatiques, chez les Mormons, que chez les Pentecôtistes. On le retrouve même dans le milieu de la sorcellerie et du vaudou.
  2. Les langues ne sont pas justifiées car les Actes relatent des milliers de conversions sans la présence de ce signe. Les seules trois occasions où le signe est mentionné sont des événements historiques uniques et majeurs : le début de l’Église à la pentecôte, la conversion du premier païen (non juif), et la conversion de disciples de Jean-Baptiste. À noter qu’il y avait aussi d’autres signes, miracles et guérisons, car cette période de l’histoire était marquante.
  3. Il n’est jamais dit de rechercher le parler en langue. Aucun épître ne rappelle au chrétiens de le rechercher.

Pour certains aujourd’hui, le signe visible qu’une personne est réellement devenue chrétienne, c’est le « parler en langue ». Pour eux c’est un genre de langage inintelligible et miraculeux dans lequel une personne adore Dieu ou parle de la part de Dieu. Par contre, cette pratique ne ressemble pas du tout aux langues mentionnées dans le Nouveau Testament. À l’époque, les langues étaient des langues réelles, connues, tandis que ce qui se pratique aujourd’hui est plutôt un genre de langage inintelligible prononcé dans un genre d’état de transe. 

En conclusion, lorsqu’on lit la bible dans son ensemble, on remarque que ce phénomène prend très peu de place. Dans les Actes, il est question de récits historiques qui étaient un jugement pour les Juifs, selon une prophétie d’Ésaie (Voir 1Cor 14). Et puis, dans 1Corinthiens 12-14, il y a plusieurs points que nous n’examinerons pas ici, mais qui vont tous dans le même sens : Paul adresse la question des langues pour enseigner que l’important c’est l’édification de l’Église, et l’utilité commune

Le parler en langue n’édifie pas l’Église et n’est pas utile, surtout pas de nos jours. 

J’espère que ce texte répond à votre question. 

  

Retour à la liste de questions