Août
27

Soli Deo gloria : La gloire de Dieu Seul.

Home > Blog Pastoral > Soli Deo gloria : La gloire de Dieu Seul.

Nous sommes déjà rendus au cinquième et dernier « sola » qui résume la réforme. Le sujet de cette semaine vous demandera une certaine ouverture d’esprit. Il est primordial que vous considériez sérieusement les propos qui suivent.

La cinquième chose que Martin Luther a identifiée comme devant être changée pour que l’Église revienne à ce qu’enseignent les Écritures, c’est qu’avec la tradition, l’Église avait autorisé la vénération de plusieurs hommes et femmes (des saints). Martin soutenait que l’Écriture est claire et ne laisse place à aucune exception quand Jésus réaffirme en Matthieu 4;10 : … il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul.

L’Église doit donc se limiter à ce que la Parole dit (sola scriptura) sans rien y ajouter, ni en provenance de la tradition des hommes ni des expériences acquises au fil des siècles, comme Paul l’affirme en Romains 1,25 :

… eux qui ont changé la vérité de Dieu en mensonge, et qui ont adoré et servi la créature au lieu du Créateur, qui est béni éternellement…

Les êtres humains sont des créatures et ne peuvent prendre la place qui revient au Créateur seul.

De ce fait, quand Élisabeth a initiée ce que l’Église a plus tard interprétée comme une vénération à Marie, Marie s’est empressée de rendre la gloire à Dieu seul, en répondant :

46 Mon âme exalte le Seigneur,

47 Et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur,

48 Parce qu’il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante.

Nous sommes assez loin de la vénération que certains lui portent. Elle a reconnu sa bassesse et non sa grandeur. Elle se voyait comme la servante du Seigneur et non comme celle qui allait Lui donner des ordres. Elle reconnaissait aussi qu’elle avait besoin d’un Sauveur (même si elle le portait en son sein); Jésus était pour Marie aussi, son Sauveur.

Ainsi :

· Dieu seul a droit à la gloire et au mérite de notre adoration, conformément au commandement que Jésus a cité lors de la tentation (Mt 4,10)

· Il n’est donc pas de mise d’adorer une armée de saints, ni leurs reliques, pas plus que d’adorer certains vivants, d’ailleurs. C’est exactement ce que Pierre a dit à Corneille en Actes 10,25-26 :

25 Lorsque Pierre entra, Corneille, qui était allé au-devant de lui, tomba à ses pieds et se prosterna.

26 Mais Pierre le releva, en disant : Lève-toi ; moi aussi, je suis un homme.

Qu’est-ce qui a changé pour qu’après sa mort il soit devenu « convenable » ou « acceptable » de prendre l’adoration que l’on doit à Dieu seul et de la lui présenter en lui adressant nos prières ?

· Tous les êtres humains sont égaux et Dieu seul peut être adoré et prié (la prière étant un des moyens de l’adorer).

· Contrairement à certaines pratiques juives (critiquées par Jésus, d’ailleurs), la nouvelle Église que Jésus est venu instituer n’aura pas de leaders plus « saints » que les autres croyants qui la composent, seulement des hommes et femmes au service les uns des autres. (I Pierre 5,2-3)

Viens donc adorer Dieu qui seul mérite toute la gloire et l’adoration !